800 km de VTT au cœur du Massif Central

8 jours sur la GTMC de Clermont-Fd à Agde

Jules nous raconte son périple sur la Grande Traversée du Massif Central à VTT réalisé à l'été 2019

Une première "grande traversée" VTT pour lui, après plusieurs escapades et voyages en cyclorandonnée "classique" ainsi qu'en gravel. Une grande (et éprouvante !) semaine de Clermont-Ferrand jusqu'à la Méditerranée par la GTMC.

Au programme : du VTT évidemment, des bivouacs, des rencontres, de belles découvertes et bien d'autres !

 

Une aventure tout-terrain en autonomie

Une diversité de terrains et sentiers

La GTMC est un itinéraire VTT varié, tant par les nombreux terrains et environnements traversés (volcans, causses, forêts, estives, terres rouges du Salagou …) que par les types de chemins empruntés (sentiers gravel, monotraces à flanc de coteaux, pistes rocailleuses etc…). C’est clairement un atout : on ne se lasse jamais !

Paysage sur la GTMC

Quelques portions sur routes peuvent peut-être faire peur aux pures VTTistes endurcis : ça ne m'a pas posé de soucis, la piste reste dominante sur la plupart des étapes et les quelques passages sur asphalte se déroulent sans encombre sur des petites routes à faible trafic, ce qui permet de souffler un peu !

Un parcours plus ou moins technique selon les sections

Pas de mystère, comme son nom l'indique l'itinéraire traverse bien le Massif Central, et ça se sent, même si ce n'est pas les Alpes !

On monte pour redescendre, on regrimpe ensuite puis rebelote - en bref, ce n'est pas plat - et ça fait des dénivelés tout de même copieux ! 

VTT Gorges de Navacelles

En termes techniques, n'ayant pas une grande expérience dans les zones montagneuses ( j'ai habitude du VTT en Picardie, ce n'est clairement pas le même type de terrains !), il y a certains passages où je me suis fais de petites frayeurs, sur des monotraces à flanc de coteaux, le long du Tarn notamment ..

Clairement, le passage dans les Cévennes est le plus costaud selon moi, avec pour récompense des décors splendides

Orientation et suivi du tracé

Je n'ai pas eu besoin de GPS ou presque : il est tout à fait possible de parcourir l’itinéraire total en suivant les panneaux (même si un smartphone / les topoguides peuvent rester complémentaires et rassurants en cas de doute !).

 

Et niveau matériel ?

Le nerf de la guerre : le vélo, logique (!). Dans mon cas, c'était un VTT tout-rigide en acier et aux pneus larges, avec de nombreux oeillets permettant d'attacher des bagages (sur la fourche notamment) en plus de mes sacoches de bikepacking. Les suspensions ne m'ont pas manquées, compensées par les pneus qui "absorbaient" assez bien les vibrations. J'étais aussi content de ne pas être parti en vélo gravel, notamment lors de la traversée des Cévennes, loin d'être une section évidente !

VTT bikepacking

Je suis parti avec 3 grandes sacoches de bikepacking et 2 petits sacs sur la fourche :

  • Sacoche de cadre entière contenant mon eau (3L : amplement suffisant), les arceaux de ma tente et un vêtement de pluie
  • Sacoche de selle avec sac de couchage, chambres à air
  • Sacoche de guidon avec la tente (une grande de 2 places : bonheur !) et le matelas
  • Sacs sur la fourche, en vrac : vêtements, trousse de toilette, nourriture, électronique

 


A LIRE AUSSI : Le bikepacking, nouvelle façon de voyager à vélo ?


 

J'aurais sûrement pu gagner en poids avec une tente légère 1 place voire un bivy, en emportant moins d'eau, de vêtements, etc. : mais si j'avais à le refaire, je le referais sûrement dans ma configuration initiale, sans soucis !

 

Le parcours de Jules sur la GTMC

 

Récit détaillé : 

Vous avez aimé ? Vous aimerez surement ça aussi...